Articles pour débutant

Running : Débuts, progrès et petites réflexions internes

Bien-être, Bordeaux, Happy life, Healthy, Sport - Laurie - 15 juin 2017

Ou comment j’ai commencé à courir et à aimer ca…

Je ne suis pas une fille qui court. D’aussi loin que je me rappelle mes cours d’endurance au collège ou le cross du primaire, j’ai clairement jamais aimé ca.

Pourtant, le sport et moi on est plutôt copines, mais plutôt en mode « tout sauf le running ».

Et puis il y a genre trois ans, j’avais profité des soldes d’été pour faire l’acquisition d’une paire de running  Nike que j’avais choisies précautionneusement après un comparatif approfondie.

Pleines de bonnes intentions, mes tennis vertes ont fait quelques voyages dans ma valise sans jamais voir un bitume ou même le bout de commencement d’un chemin.

C’était la phase d’observation.

Elle durera 3 ans moins 2 mois.

Et puis ca a continué d’être à la mode. Mon entourage le moins sportif prenait du plaisir dans la course.

Alors que moi la sportive multi sport, la handballeuse, la skieuse était incapable de fouler le bitume.

L’étape d’après, les baskets toujours propres, j’ai acheté le guide de la spécialiste, à savoir « Bien débuter le Running d’Anne&Dubndidu.

J’ai lu avec attention tous les conseils. Mais rien à faire. Impossible et incapable de m’y mettre.

Mes baskets vertes me regardent maintenant depuis deux ans, et ont perdu tout espoir de réaliser l’exploit de courir quelques kilomètres à mes pieds.

Pourtant j’oublie pas mon objectif.

J’accumule quelques leggings, des shorts de running, un brassard pour mon téléphone.

J’ai TOUT l’équipement. Manque plus que le passage à l’acte. Je vous parle de ca il y a un an.

J’étais presque prête.

Et puis en septembre, j’ai repris le chemin de la salle de sport. J’ai acheté des chaussures exprès pour ca 😉 J’ai tourné autour de tous les appareils de cardio (j ai une passion pour le step waver) à l’exception des tapis de marche/course qui me paraissaient assez barbares outre très bruyants.

 

Et puis au mois de mars, m’étant lassée du vélo elliptique, je suis montée sur un tapis pour marcher.

Mais je savais que j’allais le faire. La marche c’était la ruse pour endormir mon cerveau.

Et puis tout d’un coup, mes jambes se sont mises à courir, 3 minutes la première fois, puis 5 minutes la deuxième fois et plein de fois d’après.

Et puis un jour du mois d’avril, sans crier gare, je me suis rendue compte que mes jambes s’étaient mises à courir depuis plusieurs minutes, en tout cas plus de 5.

VICTOIRE.

Je l’avais fait. j’avais couru.

Il restait la dernière étape : Enfiler mes Nike vertes fluo et partir ensemble fouler les pavés.

J’ai profité d’un petit retour dans ma Haute Savoie natale pour me lancer, début mai. Alors que je n’avais pas couru plus longtemps que 20 minutes sur le tapis, enhardie par la beauté des lieux, nous partîmes pour 40 minutes.

Et c’était fait. J’avais couru longtemps. Avec plaisir. Entre les endorphines du sport et la fierté immense d’avoir passé le cap.

 

Et surtout j’ai recommencé. Souvent. Deux fois par semaine. Plus vite. Plus longtemps. Et à chaque fois ce plaisir, cette sensation de bien être que tu ressens après, encore plus que dans tous les autres sports.

Il y a des séances plus faciles que d’autres, évidemment, et je sais que je ne suis qu’au début de ma découverte. Et comme pour tout, il y aura des hauts, des bas, des moments de découragement.

 

Mais j’ai réalisé mon objectif premier. Celui de boucler le fameux tour des deux ponts dont raffolent les runners bordelais. Je me l’étais fixé pour la fin de l’été. Et pourtant je l’ai fait. Mon tour des deux pont.

 

Deuxième étape : S’inscrire à une course ?

Wait and see.

Lire la suite