Articles pour la catégorie Surf

Et puis le surf (Portugal Trip – Cascais #2)

Bien-être, Sport, Surf, TheWavyBlog, Travel - Laurie - 27 septembre 2017

(Je poursuis le récit de mon voyage au Portugal (Episode 1 ici). Outre le fait de me retrouver, ce voyage avait pour but de me faire retrouver le surf. Petites émotions à chaud, en presque direct de Cascais).

 

Presque 10  mois.

Presque  10 mois que Simone, mon longboard trône à côté de mon lit, trimballant sa tristesse de ne pas avoir été en contact avec l’océan depuis si longtemps.

Presque 10 mois que mon corps ressent le manque du contact avec l’océan. Cette sensation qu’il aime temps. Cette bagarre avec le courant, l’écume, le sel et les vagues.

Ca faisait partie des objectifs de ce voyage.

Retrouver le surf, la glisse, le bien être que ca procure, cette sensation d’être puissant face à la nature, le joli bronzage, l’encore plus joli blond et les jolies jambes.

L’odeur du néoprène de la combinaison qui n’a pas le temps de sécher entre les sessions. . L’odeur de la wax, les pieds abimes par le sable, les bras qui brûlent du fait de la rame.

Mais surtout cet immense sentiment d’être rempli de quelque chose de puissant, de profond.

Une sensation que je ne connais que dans le surf et dans aucun autre sport, aucune autre activité quelque qu’elle soit.

Ce sentiment de plénitude.

Peut être est ce parce que finalement une bonne vague se mérite, se choisi et se bichonne, et qu’elle demande quelques tours de bras à la rame, pour ces quelques dizaines de secondes, de glisse parfaite.

Il y a eu des jours aux conditions parfaites, il y a eu des jours où c’était juste trop gros. De ces jours où juste passer le shorebreak te demande tellement beaucoup trop d’énergie que tu te rabats sur les mousses, pour travailler ta technique.

Il y a eu des centaines de take-off. Des très ratés et des très réussis. Il y a eu des mousses et il y a eu des belles vraies vagues.

Des « green waves » comme ils disent en anglais.

Il y a eu des machines à laver, des souffles coupés, des leashs arrachés. Il y a eu de l’eau froide qui coule le long du dos, du soleil qui éblouit les yeux, du sable dans les oreilles, du sel dans les cheveux.

Il y a eu ces instants de plénitude au pic quand tu l’attends, la vague. Ce moment si particulier. En communion avec toi et la nature. Là quelque part au milieu de l’océan, des centaines d’être vivants passants sous tes pieds.

Il y a eu tous ces jours de surf, il y a eu tous ces jours parfaits.

 

Infos pratiques :

J’étais à Cascais. La plage de surf la plus proche c’est Guincho Beach. C’est très facile d’y aller en bus ou en stop ou en uber.

Pour les cours et location de planches, j’ai fait appel à Cascais Surf School. Super équipe, super prof. Il y a, outre l’école de surf, une auberge de jeunesse. Allez y les yeux fermés.

 

Et puis en terminant ce billet, je tombe sur cette vidéo de Stéphanie Gilmore, qui nous fait visiter chez elle. Il suffit de regarder son sourire, sa simplicité et son humilité pour comprendre le surf.

https://www.nowness.com/series/my-place/stephanie-gilmore-barbara-anastacio

Lire la suite

Les sourires, les rencontres et les couleurs (Portugal Trip #1)

Bonnes adresses, Happy life, Surf, TheWavyBlog, Travel - Laurie - 5 septembre 2017

Petite introduction pour la série de billets à venir sur mon voyage au Portugal. Parce que certaines années sont ce qu’elles sont (SPOILER : pourries), j’ai décidé de partir « à l’aventure » deux semaines au Portugal. 3 jours à Lisbonne et 10 jours à Cascais pour surfer. je voulais partager avec vous quelques moments de ce voyage.

 

 

 

Un jour, un de mes amis m’a demandé comment je voyais les voyages. On parlait en particulier des pays d’Asie que nous souhaitions visiter.

J’avais répondu  « des rencontres, des sourires et des couleurs ».

Je crois qu’on peut utiliser cette réponse pour tous les voyages qu’on entreprend à partir du moment où on décide de s’ouvrir aux autres.

Quand j’ai décidé d’entreprendre ce voyage au Portugal toute seule, c’était exactement ce que j’espérai trouver.

Des rencontres, des sourires et des couleurs.

Bien évidemment, le fait de partir toute seule d’une part et dans cette optique d’autre part fait que la magie opère d’elle-même.

Déjà on dira ce qu’on veut, mais la gentillesse des portugais est juste incroyable. Même dans le plus gros restaurants pour touristes en plein milieu de la rue principale de Lisbonne, ils essaieront de faire en sorte qu’on se sente bien. Ils sont souriant. Cela va du réceptionniste de la pension, au chauffeur de taxi au serveur qui t’accoste dans la rue pour te présenter à sa carte, à la mamie qui vend sa liqueur dans la rue, et qui t’offre un énorme sourire entièrement édenté.

Ca remplit le cœur de sourires que de rencontrer des habitants qui ont cette joie de vivre débordante.

 

 

Des couleurs, ce pays en est plein. Déjà ces façades aux azulejos bleus ou verts, les façades peintes aussi en bleu, rose, jaune, vert, ca donne une teinte particulière à toutes les villes de ce pays.

Ce ciel d’un bleu qui n’existait plus mes derniers jours en France.

Il y a aussi les couleurs sur la peau qui brunit et dans les cheveux qui blondissent

 

 

 

 

 

Et les rencontres. C’est la grosse réussite de ce voyage en solitaire. Si à Lisbonne, je logeais dans une sorte d’hôtel, j’ai choisi à Cascais l’option auberge de jeunesse et clairement je ne regrette pas du tout.

Ce sont des rencontres qui durent le temps d’une nuit partagée dans la chambre, le temps d’un petit déjeuner, le temps du partage de la piscine, le temps d’un barbecue, le temps d’une soirée.

Tellement de visages, sur lesquels se dessinent des sourires, tellement de langues différentes, tellement de petits instants partagés.

Parenthèse pour celles qui hésiteraient à partir seule : on ne rencontre quasiment que des nanas voyageant seules à une exception pendant 10 jours. C’est donc absolument secure que se trouver dans une chambre partagé ou de se balader toute seule dans  le Portugal at least. C’est aussi la raison pour laquelle j’avais choisi cette destination.

 

 

Un carnet d’adresses pour finir ce billet totalement décousu :

Je suis partie en car depuis Bordeaux, via la compagnie alsa.es qui finalement s’est trouvé être Eurolines. Le seul bémol du trajet peut être il n’y a pas de wifi dans le bus. Sinon tout était top. Mais je ferai un billet sur le trajet en bus.

A Lisbonne, j’ai logé ici. Passé l’arrivée un peu hostile, j’ai été très bien accueillie. Ce n’est toutefois pas un hôtel. Mais à 40 € la nuit, rien à dire.

A Cascais, j’ai logé ici. C’était un lieu absolument magique. Le personnel est exceptionnel, il y a une piscine, un immense jardin, une cuisine propre. Le petit déj est magique (un gateau fait maison tous les jours en plus des classiques jambon, fromage, oeufs, croissants, pains, muesli, chocapic et fruits frais habituels). Le Top.

Pour le surf, tout s’est passé avec Cascais Surf School, mais là aussi j’y reviendrais.

 

Bonne reprise à tous.

Et le meilleur remède pour éviter le blues de la rentrée c’est de planifier les prochaines vacances 😉

 

 

 

Lire la suite

La session du matin

Bien-être, Sport, Surf - Laurie - 13 octobre 2016

Le réveil est toujours un peu difficile ces matins là.

Ca me rappelle quand j’étais ado et que je mettais le réveil aux aurores pour allez skier le dimanche.

L’envie de glisse gagne quasiment toujours sur la couette.

Ce que je préfère, c’est être dans l’eau avant le lever du soleil.

Arriver sur la plage en premier. Prendre quelques minutes pour observer l’océan. Respirer, se sentir vivant.

La lumière si particulière du matin. L’odeur d’une nouvelle journée qui se lève, pleine de possibilité. L’ambiance de ce jour nouveau.

Et puis sautiller sur place, s’échauffer rapidement, réveiller les muscles encore endormis de sommeil.

Prendre la combinaison, s’enivrer de l’odeur du néoprène et de la wax, qui parfois très tôt le matin est un peu trop intense.

Se battre un peu pour l’enfiler, surtout la deuxième jambe, et puis tirer très fort la fermeture éclair derrière.

L’envie d’aller à l’eau est irrésistible. Il ne reste plus qu’à attraper la planche.

Le sable est souvent froid si tot le matin, chaque pas rapproche de l’eau.

Et puis les pieds, les chevilles, les genoux, et hop c’est parti, on peut se lancer à l’assaut des vagues.

La plage est toujours déserte. Et le lever du jour ne fait regretter en rien l’heure du reveil, les vagues juste pour nous non plus.

La première vague, c’est toujours le test. L’océan, soi même, et puis la première fois ou l’eau rentre dans la combinaison.

Par la nuque, puis le long du dos. Ca peut paraitre froid, à peine une minute, mais c’est cette minute qui te fais te sentir vivant.

L’océan récompense ta venue matinale et t’offre des vagues parfaites.

Le soleil croit lentement, la plage commence à accueillir ses premiers visiteurs.

Il est temps de sortir. La magie du moment est terminée.

Le café sur la plage nous attend.

La journée, après la session du matin, aura une saveur toute autre que les matins sans surf.

img_7061

Lire la suite